10 points clefs à suivre pour réussir sur les marchés

Vous projetez de devenir commerçant ambulant ou vous l'êtes depuis peu ? Vous voulez réussir sur les marchés ? Vous vous posez des questions sur la marche à suivre, sur ce qu'il faut faire et savoir quant à votre activité ?

Comme pour toute entreprise, il est obligatoire d'effectuer un suivi de son activité de manière régulière afin de rectifier le tir si besoin.

Voici une petite liste récapitulative pour mieux vous aider dans la bonne marche de votre business.

Réussir sur les marchés en 10 points :

1. Emplacement : c'est l'élément stratégique quelque soit le lieu, du petit marché communal au gros marché urbain. Impossible de réussir sur les marchés sans un bon emplacement, ou alors difficilement. Le placier est le seul maître à bord, et il faudra obligatoirement passer par lui avant de pouvoir poser votre étal. Une présence régulière sur un marché aidera grandement à obtenir un meilleur emplacement, et donc, un meilleur chiffre d'affaires.

2. Présence : c'est un point clé essentiel, car au fil des marchés vous fidélisez toujours plus de nouveaux clients. Si vous êtes présent 1 fois sur 2 ou si vous devez ne plus venir pendant un certain temps, votre chiffre d’affaires va se dégrader lentement mais sûrement. Bien que certains jours à cause de la pluie, de la grêle, de la neige, de la chaleur, du vent..., le chiffre d'affaires prévu sera faible, quoi qu'il en soit, il faut tenir son emplacement et déployer son étal ! Et avec le sourire :-)

3. Produits : essayez de déterminer pour chaque marché, quel est le besoin local. Il sera difficile de réussir sur les marchés, si vous proposez du foie gras artisanal ou de véritables escargots de Bourgogne préparés, sur le marché d'une ZUP où d'une cité sensible. À la campagne, réfléchissez à apporter des biens de consommation courante surtout s'il n'y a pas de supermarché, quincaillerie, ou magasin de bricolage à proximité. En ville, les produits frais, bio plaisent toujours. Idem pour les produits artisanaux, du terroir. Dans tous les cas, tentez de vous démarquer de votre concurrence.

4. Qualité : autre facteur très important ! Si le produit est de qualité médiocre, ou pas de première fraicheur l'acheteur ne reviendra plus. C'est l'essence même du commerce, car c'est une transaction en cul-de-sac, avec en prime un client mécontent. La qualité d'un produit permet de fidéliser davantage.

5. Prix : les clients sont de plus en plus sensibles aux prix, la crise actuelle renforce encore plus cela. Pensez aussi à regarder les prix moyens pratiqués sur le marché pour ajuster les vôtres.

6. Conditionnement : la tendance du fait de la contraction du pouvoir d'achat est aux petites quantités, au détriment des ventes en lot : il faut encore mieux vendre 3 articles à l'unité que 0 en lot, non ?

7. Suivi : réussir sur les marchés implique qu'à l'issue de chaque jour de travail, vous devez suivre vos recettes de la journée et calculer votre marge brute en déduisant achats, frais de route et coût d’emplacement.

8. Chiffre d'affaires : le CA est généralement plus important dans l’alimentaire, mais dans le non-alimentaire, il est plus régulier car les frais sont moins importants (approvisionnements moins réguliers) et les stocks ne sont pas périssables. Quel que soit le secteur, alimentaire ou non-alimentaire, le CA varie en fonction du nombre de jours d’activité, de votre emplacement et de la dimension des marchés.

9. Charges : l'essentiel des charges est lié à votre véhicule (carburant, entretien, assurance, taxe professionnelle assise sur sa valeur locative). Les frais de place sont variables d’un marché à un autre. Les abonnements sont plus chers, mais vous procurent un meilleur emplacement, au centre ou le long des principales artères du marché. Les "gratifications" aux placiers sont également un poste à prendre en compte.

10. Logistique : il est obligatoire d'optimiser vos approvisionnements en tenant compte des prix, de la qualité des produits et de la distance. Ce dernier point est vital car vous devez travailler au maximum en flux tendu (sans stock important), quitte à vous rendre fréquemment chez votre fournisseur. Si possible, essayez de trouver un fournisseur proche de vos marchés principaux ou à défaut, proche de votre lieu de résidence.

11. Bilan : tous les 6 mois, faites le point et répondez le plus sincèrement et objectivement possible à ces quelques questions que vous devez toujours avoir à l'esprit :

  • Quelle rentabilité ai-je obtenu ?
  • Dois-je me développer sur d'autres marchés ?
  • Mes produits sont-ils adaptés ?
  • Faut-il élargir ma gamme/offre ?
  • Mon temps de présence conforte–t-il mon entreprise ?
  • Est-il judicieux de poursuivre ?

Bon, 11 points en fait. Le dernier étant aussi très important. Et vous, voyez-vous d'autres points à prendre en compte ?

Vous aussi créez votre activité en tant que commerçant non-sédentaire et téléchargez notre guide pratique « Vendre sur les marchés » pour obtenir aide et conseil en la matière.