Étude de marché : même pour les commerçants ambulants !

étude de marché

Vous souhaitez devenir commerçant ambulant ?

S'engager dans une nouvelle activité comprend une part de risques qui peut être fortement allégée lorsque le projet repose sur une étude de marché bien conduite.

Le secteur du commerce ambulant, notamment la vente sur les marchés, n'échappe pas à la règle.

Analyser le potentiel et la viabilité de son activité sur les marchés est une démarche incontournable pour limiter les incertitudes angoissantes d'un proche avenir encore trop flou. Cela peut sembler compliquer à réaliser, mais c'est néanmoins une étape obligatoire à effectuer…

L'étude de marché : utile ou pas pour de la vente ambulante ?

Le fait d'être commerçant non sédentaire peut conduire à éprouver une fausse impression de sécurité : on se dit qu'on peut toujours tenter sa chance sur un autre secteur. Ce n'est pourtant pas si simple ! Il y aura à chaque fois toutes les démarches à accomplir pour être autorisé à s'installer ; en outre, dans le commerce, la fidélisation du client repose sur la stabilité et l'ancienneté du commerçant.

Analyser la demande sur les secteurs choisis évite de perdre du temps à éprouver le terrain au jour le jour et réduit les risques de pertes financières liées à un stockage inutile de sa marchandise, à des déplacement non rentabilisés, etc…

Pour faire une étude de marché, y a-t-il des points à examiner particulièrement ?

Pour évaluer le potentiel de son activité sur des secteurs identifiés, il ne suffit pas de mesurer l'affluence des consommateurs. Ce critère n'est pas négligeable, certes, mais il doit être complété par un questionnement plus étendu qui portera sur la zone de vente elle-même et sur la pertinence à proposer ses propres marchandises sur cette zone.

Analyser les secteurs repérés, c'est se poser un certain nombre de questions sur la configuration du marché (parkings, branchements, accessibilité...) et sa localisation (centre-ville animé ou place excentrée, notamment). C'est également étudier la population locale : repérer le type de consommateurs (jeunes ménages, retraités, urbains, ruraux…) peut être utile par rapport aux marchandises que l'on propose.

En définitive, ces conseils éprouvés sont à garder en tête :

  • ne proposez pas des produits chers et superflus à des consommateurs qui n'en ont pas l'utilité ou les moyens
  • déterminez quel besoin votre présence va combler. Qu'est-ce qui fonctionne ailleurs et qu'il manque ici ?
  • si le profit ne vaut pas le coup, vendez autre part

Est-il utile de faire une étude de marché en cas de concurrence avérée ?

La question incontournable est en effet celle de la concurrence : si cette dernière est réelle, cela ne signifie pas qu'il faille renoncer à s'installer sur un secteur, mais cela nécessitera de s'interroger sur la plus-value de son propre commerce par rapport aux autres vendeurs.

Il faut, en effet, se demander dans quelle mesure on se démarquera des commerces similaires et cette différence peut ne pas porter sur la nature de la marchandise mais plutôt sur son origine ou sa mise en vente (produits biologiques, artisanat, ventes par lot...).

Quoi qu'il en soit, préparez suffisamment en amont la création de votre activité pour limiter les risques. Encore de trop nombreux commerçants non-sédentaires, n'effectuent aucune étude de marché avant de se lancer, et finissent par se décourager et arrêter leur activité car ils n'ont pas pris la mesure du marché : créer une entreprise, devenir commerçant et vivre de son travail ne s'improvise pas.

Vous voulez aller plus loin et en savoir davantage ? Connectez vous au site de l'APCE (Agence Pour la Création d'Entreprise - http://www.apce.com)

Vous aussi créez votre activité en tant que commerçant non-sédentaire et téléchargez notre guide pratique « Vendre sur les marchés » pour obtenir aide et conseil en la matière.